Tous engagés dans nos métiers au service du public avec fierté !

Les services au public recouvrent notamment : Finances publiques, Douanes, CCRF, INSEE, Education nationale, Défense, Collectivités territoriales, Conseil général, Conseil régional, Services des eaux (publics ou privés), Préfecture, DDASS, Pompes funèbres (publiques ou privées), SDIS, Offices publics de l'habitat, Police nationale, Justice, Hôpitaux, EHPAD, Institut médico-éducatif...

Et si vous étiez candidats CFDT ?

Le 6 décembre 2018 tous les agents de la fonction publique éliront leurs délégués dans les divers organismes consultatifs aux niveaux local et national

À cette occasion, l’ensemble des agents (fonctionnaires et contractuels) des administrations, des écoles et des lycées, des hôpitaux, des centres médico-sociaux, des collectivités territoriales, de La Poste ou encore de chez Orange  voteront pour désigner leurs représentants dans les Comités Techniques (CT). 
Les agents titulaires désigneront également le même jour leurs représentants dans les Commissions Administratives Paritaires (CAP). 
Les agents contractuels permanents désigneront pour leur part, leurs représentants dans les Commissions Consultatives Paritaires (CCP). 
Le résultat de ces élections déterminera la représentativité des organisations syndicales. De cette représentativité dépend directement la faculté pour les organisations syndicales d’agir, localement, régionalement et nationalement pour la défense des salariés qu’ils représentent, ce que l’on nomme habituellement : le dialogue social

Nous souhaiterions ici te convaincre de te porter candidat à ces élections avec la CFDT.

Nous sommes tous engagés dans nos métiers au service du public avec fierté. De notre travail, nous tirons notre revenu (avec plus ou moins de bonheur) et, la perfection n’étant pas de ce monde, nous sommes souvent confrontés à des difficultés dans l’exercice de notre activité professionnelle : formation, salaire, promotion, moyens, effectifs, reconnaissance, conditions de travail, relationnel, compétition, responsabilité…

Parfois (souvent ?) ces difficultés empiètent sur notre vie de tous les jours parce que notre vie au travail, c’est aussi notre vie tout court. Chacun s’efforce alors de négocier – avec ses collègues, ses supérieurs, les élus - les solutions qu’il juge les plus aptes à y répondre pour lui-même ou au mieux, pour son service.

Se porter candidat aux élections professionnelles avec la CFDT,
c’est afficher son désir de partager des solutions pour tous et pas seulement pour soi-même.

J’voudrais ben…Mais j’peux point. 
Nous avons tous de bonnes raisons de n’en rien faire dont la première est que nous ne voulons pas nuire à notre carrière.
Et convenons que c’est a priori une bonne raison !
Quoique ça se discute. D’abord, un mandat syndical n’engage que sur la durée de ce mandat : 4 ans.
Ensuite, parler pour les autres en plus de parler pour soi-même, c’est afficher une capacité à assumer une responsabilité collective et prétendre à de nouvelles compétences. 
Assumer cette responsabilité, c’est précisément ce que font nos employeurs, les élus de nos collectivités, au profit de leurs électeurs et citoyens qui sont aussi notre public et nos financeurs. Nous avons donc des points communs… au-delà de nos différences de vue.

Les représentants du personnel ne sont pas à la même place qu’eux et le dialogue social a besoin pour se concrétiser, de partenaires qui se respectent. À la CFDT nous pensons que, d’où qu’ils parlent, celles et ceux qui s’y investissent méritent le respect. Les DRH avisées considéreront même qu’élu(e) du personnel constitue une plus-value professionnelle.

Après le «je n’ose pas faire» la seconde réticence bien identifiée pour représenter le personnel est le «je ne sais pas faire». 

Dites-vous que c’est précisément ce que nous avons tous en commun : la crainte du «ne-pas-savoir-faire».
Pour beaucoup, le «ne-pas-savoir-faire» est lié à sa place hiérarchique. Genre, je suis cadre et trop proche des élus ou, à l’inverse, sans diplôme et soumis au poids de ma hiérarchie, voire entre les deux et placé entre le marteau et l’enclume….
Bien, convenons tout de suite qu’il n’y a pas de bonne place pour représenter le personnel. Certains de nos représentants, y compris au niveau national, sont assistants maternels et d’autres administrateurs territoriaux en passant par tous les grades de tous les corps et cadres d’emplois dans toutes les catégories. Ils le font. Pourquoi pas toi ? Cette diversité c‘est notre fierté à la CFDT.

La première condition pour savoir faire n’est-ce pas d’abord de vouloir faire ?

Car le savoir-faire, cela s’acquiert. C’est la raison pour laquelle la CFDT propose des formations à ses élus. Les formations CFDT, c’est tout sauf l’école, il n’y a pas de notes et ce n’est pas nécessairement triste !

Si tu veux t’engager à représenter tes collègues, nous nous engageons à la CFDT à t’épauler ET t’aider à construire ton savoir-faire.

Une condition pour se porter candidat aux élections professionnelles est d‘être présenté par une organisation syndicale. Se porter candidat sur une liste CFDT sans en être adhérent n’est pas notre souhait même si c’est parfois possible.
La CFDT est une organisation professionnelle. Cela signifie deux choses : la première c’est qu’elle veut représenter professionnellement ceux qui la mandatent. En clair cela signifie que nous nous efforçons de permettre à chacun de se former,
de multiplier les échanges sur les pratiques, de mutualiser les compétences, d’élaborer collectivement des revendications qui concilient l’intérêt individuel et l’intérêt collectif (et il y a intérêt à
échanger parce que ce n’est pas simple !).
La seconde, c’est que la CFDT n’est clairement pas une organisation inféodée à une quelconque organisation politique : que cela soit dit, su et répété, la CFDT est une organisation syndicale
indépendante.

Indépendance, liberté, mutualisation ne sont possibles que si nous sommes nombreux à mettre au pot commun.

Nous sommes des agents de la fonction publique et à ce titre nous ne sommes pas soumis au droit commun du travail.
Nous relevons donc, titulaires ou non, d’un statut dérogatoire (du droit du travail). Certains le défendent, d’autres s’en désolent mais le fait est que toutes instances au sein desquelles siègent les élus du personnel ont en commun d’être des organismes consultatifs. Certains d’entre eux sont paritaires.

Consultatifs signifie qu’ils donnent un avis qui ne s’impose pas à l’employeur. Cela ne signifie pas qu’ils sont sans pouvoir, d’autant que cette consultation est obligatoire dans bien des cas sous peine
de nullité de nombreux actes administratifs.
Paritaires signifie que les représentants de notre «patronat» (le plus souvent le Maire ou le Président assisté d’élus et/ou de cadres de l’administration mandatés par lui) siègent en nombre égal avec les représentants élus du personnel. 
Les deux parties ont les mêmes droits et pouvoirs.

Nous espérons que tu as compris que se porter candidat aux élections professionnelles c’est se revendiquer professionnel et citoyen et c’est comme cela que l’entend la CFDT.
C’est officialiser sa volonté d’écouter, de comprendre, de proposer et de défendre ses collègues, leurs droits, leurs attentes, porter leurs
revendications.
Ce n’est pas pour autant un engagement de chaque instant ! C’est simplement être présent lorsqu’il le faut et, avec la CFDT, s’engager à ne pas représenter que soi-même ce qui implique de
prendre, lorsque c’est nécessaire, le temps de la consultation, de l’information, de l’échange.

D’autant que les élus ont des droits :
 - Le droit de s’absenter de son travail à l’occasion des réunions des CT, CAP, CCP, CHSCT et le même temps pour préparer ces réunions et en rendre compte. Ce temps d’absence inclut le temps des déplacements pour s’y rendre et en revenir et le remboursement de ses frais s’il y a lieu.
- Le droit à la formation syndicale : 12 jours d’autorisation d’absence chaque année.

Tu veux être candidat(e) ! Bravo ! Tu peux prendre contact avec un collègue CFDT, la section CFDT ou le syndicat CFDT de ton champs. Tu peux aussi prendre contact avec la structure CFDT locale.

Puis il ne te restera plus qu’à remplir et signer l’acte de candidature sur la liste CFDT de la, ou des instances de ton choix (CT, CAP, CCP)Et/ou te réserver pour le CHSCT où des personnes motivées devront être désignées.
Tu peux spécifier ton souhait d’être en position éligible ou de
suppléant(e). Être suppléant(e), c’est déjà permettre à la CFDT de participer au dialogue social. Et puis si tu es élu(e)…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire